Un expert du dernier kilomètre explique comment les Cargobikes changent à jamais la logistique urbaine | Ziegler
BLOG / ARTICLE
28 mars 2022
Un expert du dernier kilomètre explique comment les Cargobikes changent à jamais la logistique urbaine
Un expert du dernier kilomètre explique comment les Cargobikes changent à jamais la logistique urbaine

Dans le cadre de la série d’interviews consacrées à la logistique du dernier kilomètre, Ziegler a rencontré M. Philippe Lebeau, Professeur à la VUB et membre du Centre de recherches MOBI. Son expertise  porte entre autres sur la gestion de la chaîne d’approvisionnement, la logistique durable, les véhicules électriques et le transport de marchandises à Bruxelles. Il a notamment contribué au projet « Cairgo Bike » lancé par la  Région de Bruxelles-Capitale qui visait à créer l’éco-système nécessaire pour stimuler l’adoption du vélo cargo avec l’idée sous-jacente de réduire l’utilisation de la voiture. Ayant consacré son  Doctorat  à l’électrification de la logistique urbaine,  Philippe Lebeau s’est concentré sur la logistique du dernier kilomètre et a travaillé pendant 4 ans au développement d’un réseau de distribution durable à Bruxelles basé sur le système de centres urbains de consolidation et l’utilisation de camionnettes électriques. Ses recherches l’ont ensuite mené à  étudier l’utilisation des vélos cargo sur le dernier kilomètre (the BCklet project). Il est également actif au sein de la VUB, où il anime les cours de la chaire de mobilité durable et logistique avec le Professeur Cathy Macharis.

Autant de bonnes raisons de l’interroger sur la pertinence du concept innovant mis au point par  Ziegler pour la logistique du dernier kilomètre : le cargobike et le micro-hub urbain.     

 

Le Cargobike : une excellente solution de livraison urbaine à faible impact environnemental

A son avis,  les initiatives telles le cargobike développées par Ziegler  représentent une excellente solution pour relever le défi du changement climatique et de la qualité de l’air. En effet, le cargobike a l’avantage d’être à propulsion électrique et donc de ne pas émettre de  polluants atmosphériques,  tels le CO2, les NOx et les PM.

Mais ce n’est pas son seul avantage. Quand on parle de coûts sociétaux externes associé au  transport, il faut aussi considérer la pollution sonore surtout depuis l’introduction à Bruxelles de la zone des 30 km/h et la limitation de vitesse à 100 km/h sur le Ring de Bruxelles. « Non seulement les vélos cargo sont plus silencieux et réduisent les niveaux de bruit mais ils sont également plus sûrs car ils roulent plus lentement».

 

Une solution à la congestion urbaine

Qui plus est : les cargobikes peuvent également contribuer à atténuer les problèmes de congestion dans les centres-villes.  En effet, ils peuvent parfaitement emprunter les pistes cyclables pour autant que celles-ci soient  suffisamment larges et en bon état. 

 

Massification versus fragmentation

Pour lutter contre la congestion urbaine, une règle d’or est de consolider les envois et de prendre des décisions intelligentes en fonction du volume de marchandises transporté. Le principe : il vaut mieux faire circuler un camion complet plutôt que 10 camionnettes pour assurer les mêmes livraisons. La même logique s’applique naturellement aux vélos cargo.   

Afin d’optimiser les  performances environnementales, il faut coupler groupage/consolidation  et  vélos cargo. Il ne sert à rien de fragmenter davantage les volumes. Le but n’est pas de mettre le plus possible de véhicules de livraison sur les routes mais bien d’utiliser les vélos cargo à bon escient, là où leur utilisation a le plus d’impact.

 

La complémentarité des micro-plateformes logistiques urbaines et du cargobike

La combinaison des micro-hubs et du cargobike est parfaite car elle permet un rapprochement de marchandises au  plus près des consommateurs. La marchandise est d’abord pré-acheminée de manière massifiée vers le micro-hub par de petits véhicules de groupage. La livraison du dernier kilomètre peut ensuite être assurée à partir du micro-hub central par le cargobike qui est idéal : non seulement il peut se garer facilement mais il est sans émission. Dans cette configuration, la livraison du dernier kilomètre ne devrait intervenir que dans un rayon de 3 à 5 km du micro-hub.

La consolidation des flux alliée au dispositif vélos cargo électriques et micro-hubs urbains permet de réduire la distance parcourue par livraison, ce qui se traduit par moins d’émissions et une diminution des coûts sociétaux externes.

« Votre cargobike  a l’avantage d’être très grand, ce qui vous permet de grouper de nombreux colis et votre micro-hub de la Place Albertine est parfaitement situé pour des livraisons dans le centre de Bruxelles ».

 

Les dernières pistes de réflexion en matière de micro-hubs

Actuellement, une idée  qui fait l’objet de recherches à Bruxelles est celle d’un dépôt partagé. Il s’agirait d’un dépôt ouvert aux transporteurs toujours dans le but de consolider au maximum les marchandises. 

Des tests ont également été menés à Bruxelles sur des hubs mobiles. Une semi-remorque par exemple pourrait faire office de hub. Cependant, pour une ville comme Bruxelles, cette solution n’est pas la panacée. Une approche allégée consisterait en des micro-hubs sous forme de fourgonnettes ou des camions plus petits qui seraient stationnés en début de journée et serviraient de plaque tournante pour approvisionner les cargobikes.

 

Quelle autre solution que les cargobikes et les micro-hubs ?

Les futures opportunités dépendront de la poursuite de l’électrification de la livraison ainsi que la diminution  des camionnettes à moteur diesel. D’ici 2030, l’utilisation de camionnettes diesel de moins de 3,5 tonnes sera interdite dans la LEZ (zone à faibles émissions) de Bruxelles. Or, une récente enquête a  montré que sur l’ensemble des véhicules de livraison à Bruxelles, 94 % utilisaient encore le diesel comme contre   5 % seulement  l’essence et 1 % le GNC.

Et même aujourd’hui, une majorité d’entreprises interrogées placent toujours en tête le diesel comme carburant de leurs prochaines camionnettes bien que l’électrique gagne en popularité et figure actuellement en deuxième place.

Et au Professeur Philippe Lebeau de conclure « Nous sommes très heureux d’explorer toutes ces options nouvelles et innovantes pour la livraison du dernier kilomètre et espérons qu’à l’avenir nous pourrons travailler ensemble sur des projets encore plus passionnants ! Nous sommes tout à fait prêts  à aider et à soutenir Ziegler dans ses recherches! Ce serait formidable si nous pouvions échanger sur les meilleures pratiques en matière de logistique urbaine.  Ziegler est un grand nom du transport et un acteur majeur dans le domaine logistique. Il est positif de vous voir participer à la cyclo-logistique. En effet, celle-ci n’est pas seulement réservée à de petits opérateurs de niche, c’est vraiment quelque chose qui est en train de monter en puissance et qui fait sens pour les grands opérateurs. Ainsi, ensemble, nous pourrons accroître l’impact de la logistique durable et innovante sur  le dernier kilomètre ».